Laudato Si’ : Tout est lié

Dominique Lang, prêtre assomptionniste et journaliste à Pèlerin a retenu l'attention de toute l'assemblée près d'une heure et demi. Son expérience de la COP21 et les nombreuses conférences qu'il a pu donner depuis la parution de Laudato Si' lors de la Pentecôte 2015 ont fait de lui un expert pour expliquer facilement ce à quoi nous invite le pape François.

yalla-table-ronde-laudato-si(5)Il faut changer le système d’après-guerre qui se fatigue et c’est le défi des jeunes adultes. Ils sont nés dans un autre contexte, c’est eux qui peuvent faire bouger les lignes.

L’équilibre naturel se détériore : des espèces disparaissent, l’eau potable devient une valeur marchande, les inégalités se creusent depuis 30 ans, il n’y a jamais eu autant d’ultra-pauvres. Que se passe-t-il dans nos villes qui de par leur taille fait de chacun de nous des inconnus ? Que pouvons-nous faire, nous, simples citoyens ?

Le pape nous dit que c’est nous qui allons pouvoir agir, recréer du lien : Jardins collectifs, association de quartier pour l’éducation, ces lieux vivants sont déjà « des alternatives créatives » qui montrent que l’on peut vivre autrement que ce qui est écrit dans les journaux et se dit dans les lieux de pouvoir.

Les compagnons sont un de ces réseaux : ils préparent le modèle économique du XXIème siècle par leurs expériments en France et à l’étranger.

La COP 21 a été la première conférence pour le climat qui a abouti à un accord entre les 196 parties mondiales : un texte contraignant pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Étaient présents les politiques, les entreprises, mais aussi la société civile : ONG (GreenPeace, WWF...), mouvements (dont les scouts), syndicaux et les familles spirituelles qui changent leur point de vue et acceptent de dialoguer et de travailler ensemble : « Arrêtons de nous opposer les uns aux autres, c’est cela qui nous épuise ». Les compagnons, en tant que jeunes citoyens, doivent être les acteurs de demain, qui feraient travailler ensemble les politiques, les entreprises, et la société civile  pour opérer ce changement.

« Le respect de l’eau, l’attention à notre consommation d’énergie, la place des plus pauvres, le respect de l’environnement, ces grands biens communs universels, ce n’est pas une question de religion, ce n’est pas une question politique ou économique, c’est une question morale et cela devrait nous concerner tous. »

« Nous avons eu des grands papes au cours du XXe siècle, mais ce pape du début XXIe, c’est un cran au-dessus, non pas en terme d’intelligence, mais en terme de pédagogie et de processus. »

Laudato Si’ est un des processus pédagogiques proposé par le pape François. Il nous propose de rouvrir ce qui s’est fermé ou sclérosé, de faire à nouveau couler l’eau sur les sols arides. C’est également un texte stimulant pour la vie personnelle et la vie de prière.

Ce processus peut s’expliquer en sept mouvements présentés ci-contre.

Propos recueillis par Aude Sorlier-Huet

yalla-table-ronde-laudato-si(2)Voir la vidéo de la table-ronde

 
dominique-lang
Dominique Lang, prêtre assomptionniste et journaliste à Pèlerin

 

 

fred_ozanne Frédéric Ozanne, aumônier national Compagnons

 

 


Les 7 étapes de l'encyclique : un cheminement

yalla-table-ronde-laudato-si-une

Laudato Si’ est aussi un processus pédagogique proposé par le pape François qui met en avant un cheminement à la fois personnel et collectif.

1.S’émerveiller de chaque moment de la vie

S'émerveiller de chaque moment de la vie et remercier pour toutes les choses simples qui rendent le monde beau. C’est une attitude qu’il faut travailler et cultiver pour résister à la morosité ambiante. Le cynisme est synonyme de mort, il est toxique pour l’humanité.

2. Être lucide et attentif aux réalités du monde

Être lucide et attentif aux réalités du monde : réchauffement climatique, perte delà biodiversité et de l’eau potable, creusement des inégalités sociales, cela doit occuper notre esprit et chacun doit essayer de travailler sur ces chantiers.

3. Se rappeler que Dieu a créé ce monde par amour

Nous pouvons tous réaliser les deux premières étapes mais si nous sommes chrétiens, il nous faut vivre avec la mémoire de l’Evangile : « il faut se souvenir que sur ce monde il y a une promesse de vie, dans ce qui se passe dans notre cœur il n’y a pas de nécessité ni de hasard, il y a un projet de vie, pas seulement passer sur terre et mourir mais vivre, être sauvé et rentrer à la maison pour participer à la vie du créateur. Croire que Dieu a créé ce monde par amour.»

4. Résister à l’emballement de l’économie et de la science violente

«  L’économie et la science violente et toute puissante ne sont pas le projet de Dieu ». Il faut être reconnaissant du travail de reconstruction d’après-guerre, qui a permis de moderniser le système économique et de faire avancer la science. Mais aujourd'hui ce système s’emballe et ne sert plus les intérêts du bien commun, il profite seulement aux plus riches. Il faut résister à cette machine devenue incontrôlable pour privilégier des solutions alternatives.

5. Habiter en paix en appliquant l’écologie intégrale

Comment ? En appliquant « l’écologie intégrale », c’est à dire une écologie qui prend en compte toutes les dimensions de notre existence, dans son ensemble. Respecter les relations sociales et les réalités économiques : «  nous ne sommes pas des prédateurs, il est nécessaire de respecter le sens de l’argent et de ne pas imposer son modèle économique ». Respecter également la diversité culturelle des populations et les équilibres biologiques. « C’est habiter ce monde de manière respectueuse et intégrale »

6. Dialoguer et découvrir les lieux d’alternatives créatives

Se mettre au travail : dialoguer. En tant que chrétiens nous avons compris le sens de la vie mais ce n’est pas suffisant. Le pape nous invite à rencontrer tous ceux qui ont compris comment changer le système et à se mettre à l’écoute des initiatives dans les réseaux, communautés et associations. Il encourage à découvrir ces lieux « d’alternatives créatives » : paysan qui change sa méthode de production, chef d’entreprise attentif aux écarts de salaires...

7. Amorcer une conversion vers un mode de vie plus cohérent

Pour entamer ce processus de changement, ces six étapes ne doivent pas rester juste une conviction. Il faut se laisser toucher par nos émotions profondes, par des rencontres, prendre le temps d’écouter, de comprendre pour qu’au plus profond de nous, progressivement, s’amorce une conversion vers un mode de vie plus cohérent.

« Tout n’est pas parfait mais cela rouvre l’imagination. Plus vous rencontrez des gens qui ont changé des choses concrètes de leur vie, plus vous comprenez comment vous aussi vous pouvez changer. »

 

pour retrouver l'intégralité des échanges

 

yalla-table-ronde-laudato-si-pape-françois« Laudato si’, mi’ Signore, chantait saint François d’Assise. Dans ce beau cantique, il nous rappelait que notre maison commune est aussi comme une sœur, avec laquelle nous partageons l’existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts : «Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe » Cette sœur crie en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle. »

Laudato Si', Pape François

Lire Laudato Si'

Lire en ligne
yalla-encyclique-laudato-si
L'acheter en librairie
yalla-encyclique-laudato-si(2)

 

 

Bienvenue aux réfugiés !
des études au travail
Posted in Yalla.