penser global, agir local : les fermes en permaculture

Penser global, agir local : la devise du programme Scouts du Monde. Cette table-ronde animée par Aurélie Brillet a réuni Flora Gruau et Maxime de Rostolan. Élue locale en Mayenne, Flora Gruau est vice-présidente d’Esprit Civique, un cercle politique qui s’inscrit dans la tradition du christianisme social. Maxime de Rostolan est coordinateur du projet « Fermes d’avenir », président et fondateur de la plateforme de prêt citoyen « Blue Bees », dédié aux projets agricoles.

yalla-permaculture-maxime-rostolanL’agriculture chimique et mécanisée a eu de bonnes raisons de voir le jour après la seconde guerre mondiale : beaucoup de personnes à nourrir, peu de main d’œuvre et la découverte de moyens chimiques accélérant les processus. Mais aujourd’hui, nous constatons les dégâts environnementaux, économiques et sociaux. Une alternative est en plein essor : l’agro-écologie. Un exemple est bien connu en France avec la ferme du Bec Hellouin (Normandie), un projet phare de l’agro-écologie suivi par l’INRA. Il y a été montré que sur les cinq dernières années la production par unité de surface est 5 à 10 fois supérieure à celle de l’agriculture chimique.

« Fermes d’avenir » développe un nouveau projet dont le principe est le suivant : partir de rien, construire et développer une exploitation agro-écologique afin d’arriver à l’équilibre économique lors de la quatrième année d’exploitation.

Les objectifs des « Fermes d’avenir » sont multiples. D’abord prouver que l’agriculture naturelle est plus rentable que l’agriculture chimique. Puis agréger des idées dans une boite à outils des bonnes pratiques afin que toute personne puisse développer l’agro-écologie (à l’échelle d’une ferme, d’un jardin potager…). Enfin évaluer tous les services écosystémiques rendus par cette agriculture (qualité de l’eau, sans pesticides, économie locale) pour prouver que c’est une solution résiliente.

La transition est difficile à mettre en œuvre car il est compliqué de convaincre qu’il existe d’autres modèles que ceux développés depuis 40 à 50 ans explique Flora Gruau.

Il faut réussir à montrer que l’agro-écologie est rentable alors que l’agriculture chimique ne l’est pas. En effet, elle est subventionnée à hauteur de 10 milliards par an par la politique agricole commune. Un exemple concret vient illustrer cette notion de résilience. A la fin des années 90, une crise a frappé la région de la Bavière. L’eau n’était plus potable à cause de l’azote qui était injecté par les agriculteurs pour faire pousser leurs futures récoltes. Particulièrement sur les champs captant des nappes phréatiques. Le conseil municipal avait deux solutions : traiter chimiquement l’eau avant de la boire ou bien changer la façon de faire en demandant aux agriculteurs de passer de l’agriculture chimique à l’agriculture biologique. Tout en les aidant financièrement avec le budget alloué à la première solution afin qu’ils puissent conserver leur rentabilité dans les premières années. En 4 ans, les agriculteurs ont retrouvé leur niveau de rentabilité et l’eau avait retrouvé une qualité potable. Quinze ans après l’eau avait atteint une qualité jamais observée auparavant.

Propos recueillis par Marion Chatard

 

yalla-table-ronde-agroecologievoir la vidéo de la table-ronde

 
yalla-maxime-de-rostolan
Maxime de Rostolan, coordinateur du projet « Fermes d’avenir »

 

yalla-flora-gruau Flora Gruau, vice-présidente d’Esprit Civique 

 

 

aurelieAurélie Brillet, équipière nationale Compagnons

 

 

Les questions - réponses 

 

 Guillemet-droite-AzimutGuillemet-Azimut Certaines choses ne sont pas bio et me semblent tout de même intéressantes. Que pensez-vous du label Bio ?

Le « Bio » est un cahier des charges de 40 pages qui réglemente ce que l’on peut ou pas faire. Les agriculteurs et producteurs qui souhaitent être labellisés « Bio » sont audités sur ce cahier des charges. L’agriculture raisonnée est à considérer avec discernement nous dit Maxime car « la raison est là où chacun se la place ». Il n’y a pas de contrôle ni d’audit prouvant que l’agriculture raisonnée est bien sans produits chimiques.

 « Manger bio ça change la vie » nous dit Flora qui cite l’exemple de son compagnon qui ne tombe plus malade après une année à manger bio.

 

 Guillemet-Azimut Guillemet-droite-AzimutEst-ce que manger moins de viande permet de manger plus de bio ?

Maxime : « Si jamais vous vous dites : ok je vais changer deux trucs dans mon alimentation, je vais manger un peu moins de viande et tout manger en bio. Si vous faites ces 2 choses-là de manière connexe, votre budget alimentaire ne change pas. »

 

 Guillemet-Azimut Guillemet-droite-Azimut En ville, comment on fait pour acheter du bio, où on peut acheter du bio, qu’est-ce qui est bien et est-ce qu’on ne risque pas de retomber dans une économie de marché ?

Plusieurs chaînes de magasins proposent du bio, Naturalia, Les nouveaux Robinson, Biocoop, même si ce sont des chaines, il existe un certain nombre d’exigences écologiques, de charte sociale vis-à-vis du personnel. Les AMAP ou La ruche qui dit oui (attention tout n’est pas bio) sont aussi un moyen même en ville de consommer bio et local.

« Au quotidien ça demande peut-être un peu plus d’efforts de manger bio mais on en sortira tous gagnant à long terme » ajoute Flora.

 

Propos recueillis par Marion Chatard

 

pour retrouver l'intégralité des échanges

 

yalla-logo-fermes-davenirs

Le projet Fermes d'Avenir veut promouvoir un nouveau modèle d’agriculture, basé sur les principes de l’agroécologie.

 

yalla-logo-bluebees

La plateforme BlueBees permet la réalisation de projets qui œuvrent pour une agriculture et une alimentation durable.

 

yalla-esprit-civiqueLe laboratoire d'Esprit Civique est un cercle politique inspiré de la doctrine sociale de l’Église. Ses membres sont issus de divers horizons politiques et citoyens.

pour aller plus loin

yalla-agroecologie-demain

Demain, césar du meilleur documentaire, plus d’un million de spectateurs… Le scénario  de Cyril Dion et Mélanie Laurent est simple. La situation est dramatique, mais partout dans le monde des solutions existent. Saurons-nous les mettre en œuvre ?

Demain est aussi disponible en livre : « Demain, un nouveau monde est en marche ».

Demain-livre-jeunesse

Demain, les aventures de Léo, Lou et Pablo à la recherche d’un monde meilleur. Ce livre-CD pour enfants est inspiré du film Demain. Un outil à offrir aux parents, éducateurs ou professeurs.

p10935874_p_v8_aa

La cause principale des problèmes environnementaux est l’élevage industriel. C’est en lisant cette conclusion d’un document de l’O.N.U. que le réalisateur Kip Andersen se lance dans cette grande enquête. Au programme : les effets sur l’environnement et les luttes de pouvoir autour de l’élevage industriel. Un film qui peut aider à diminuer sa consommation de viande, pour le bien-être de la planète et de sa propre santé

yalla-agroecologie-enquetedesens

Ce film sorti en janvier 2015 n’en finit pas de faire parler de lui. Il met en scène Marc, un jeune adulte d’aujourd’hui. En quête de sagesse et en recherche de sens, il se met à parcourir le monde à la rencontre des prophètes et des sages d’aujourd’hui.

 

 

des études au travail
Posted in Yalla.