Un toit pour les écoliers du Nicaragua

Sept compagnons de Jalles, sept filles, c'est bien nous ! Direction le Nicaragua, nous sommes parties rendre service à une association qui lutte pour un meilleur accès à l'éducation des enfants des populations défavorisées.

Sept à l’unisson

temoignage-nicaragua-2015-jalles06Notre équipe est soudée depuis les caravelles. Certaines ont même attendues les autres pour que nous puissions faire nos années compagnons toutes ensembles ! Durant notre premier temps nous avons connu nos premières expériences de bénévolat, en partenariat avec diverses associations. Les restos du cœur, la banque alimentaire ou l’association des Blouses roses. Nous avons voulu mettre en avant une dynamique jeune, au niveau local et auprès des habitants de notre commune. L'année est passée vite et il était déjà temps de s'atteler à notre expériment long !

Trouver un projet qui corresponde aux envies de chacun, ce n’est pas facile quand on est sept. Nous avons commencé par réfléchir individuellement à nos motivations, nos attentes et nos envies avant de tout mettre en commun et de décider dans quelle direction se lancer. Construction utile, animation et action pour l’environnement : Ces trois pistes nous ont amenées à échanger avec l’association Esperanza Granada. Cette association fait tout son possible pour proposer aux enfants défavorisé un meilleur accès à l’éducation. Elle veut ainsi rompre le cercle vicieux de la pauvreté. Elle nous a proposé différentes actions au cœur des écoles de Granada, en rapport avec nos points d’intérêts.

Un toit pour protéger les enfants

temoignage-nicaragua-2015-jalles05Avant notre départ, nous avions donc planifié de construire des canalisations dans l’enceinte d'une de leurs écoles pour éviter l’érosion. Il était aussi prévu de planter des arbres dans la cour et d'animer des jeux et des activités auprès des enfants. Mais quelques jours avant notre arrivée, l’association a décidé de nous changer d’école pour des raisons de sécurité. Le chantier prévu était donc inapproprié à cette nouvelle école. Nous avons pris le temps de rediscuter la nature du nouveau chantier avec Esperanza Granada.

Pistes d'action

Brevet scouts du mondepiste d'action développementpiste d'action enfance et éducationpiste d'action solidarité

 

Présentation de l'équipe

Compagnons :

Caroline, Pauline, Emmanuelle, Blandine, Sarah, Camille et Marion

Équipe :
 2e temps - 2014/2015
Groupe :
 Les Jalles
Territoire :
 Aquitaine-Nord

Nous allions donc construire un toit dans la cour de récréation pour que les enfants puissent manger et faire des activités en étant protégés du soleil et de la pluie. Il a fallu construire plusieurs murets, creuser le béton afin de soutenir les poteaux du toit pour enfin le poser. Nous en avons aussi profité pour rénover les bancs en métal. Nettoyage, peinture et soudure au programme !

temoignage-nicaragua-2015-jalles03Pour toutes ces tâches, nous avons pu bénéficier de l’aide et des directives très précieuses des artisans du pays. Ils ont travaillé avec nous sur le chantier le matin et nous ont beaucoup appris. Nous avons toutes essayé de toucher à tout et réparti les tâches selon les capacités ou les savoir-faire de chacune.

C’était un véritable challenge pour nous sept, car nous n’avions aucunes compétences dans le domaine du bâtiment. Le fait de voir le chantier avancer petit à petit chaque jour était très motivant. L’après-midi c’était jeux, activités manuelles ou cours de sport avec les enfants de l’école.

aller à la rencontre

temoignage-nicaragua-2015-jalles07En parallèle, nous avons pris contact avec le groupe des scouts de la ville de León. On leur avait proposé de participer directement à notre projet mais ils n'étaient pas en vacances et n’ont pas pu se libérer. Nous avons donc partagé avec eux des moments de scoutisme pendant les weekends et ils nous ont accompagnés à la découverte du pays. Avec eux nous avons partagé un weekend dans un ranch au beau milieu de la forêt, découvert les petits iles aux alentours de Granada et allé à la rencontre du groupe de Managua. Leur accueil a été très chaleureux et ils ont été d’excellents guides dans notre découverte de la culture nicaraguayenne. Nous projetons de nous retrouver l’été prochain pour le Roverway et d'approfondir notre partage interculturel.

Cet expériment au Nicaragua, ça a aussi été l’occasion de rencontrer une culture très différente de la nôtre. Le fait d’habiter au sein même de l’école nous au permis d’être au cœur de la vie des nicaraguayens. Nous garderons plusieurs choses en tête de cette façon de vivre.

Là-bas les enfants ne vont pas à l’école de façon régulière, certains ne venaient qu’un jour sur deux et d'autres décidaient de ne pas venir certains jours. La majorité des enfants venaient à l’école sans être accompagnés de leurs parents et pouvaient repartir avant la fin des cours. Cette liberté de mouvement nous as beaucoup surprise.

Au Nicaragua, les gens vivent assez peu dans leur maison, ils sont plutôt beaucoup sur le pas de leur porte ou dans la rue. Une nuit, une bonne partie du quartier a ramené ses chaises en plastiques et a décidé de se réunir sous les fenêtres de l’école où l’on dormait. Bonne nuit bien sûr !

Nous avons découvert un pays où la différence de richesse est vraiment flagrante lorsqu’on s’éloigne des centres villes. Le quartier où nous vivions n’était ni un quartier aisé, ni un bidonville. C’était un quartier plutôt populaire et éloigné des zones les plus touristiques, ce qui a facilité notre intégration. Les rues sont très colorées et les gens se déplacent avec tous types de moyens de transports (vélo, calèches, touc-touc, taxis) ce qui rend l’ambiance conviviale et joyeuse.

Un maître-mot : l’adaptation

Avant tout nous pouvons dire que cet expériment a bouleversé nos habitudes. Le mot qui résume le plus cette expérience est celui d’adaptation. Avant de partir il nous a fallu nous adapter aux différentes envies de chaque membre de notre équipe, il a fallu concilier nos études avec la préparation du projet. Puis il a fallu s’adapter au décalage de culture, faire face à des conceptions très différentes de l’organisation. Par exemple, prendre notre mal en patience lorsqu’il fallait attendre trop longtemps à nos yeux d’européennes ou lorsqu’il fallait demander plusieurs fois la même chose avant d’obtenir une information.

L'importance du témoignage

temoignage-nicaragua-2015-jalles08Au retour de cet expériment, il nous a paru important de témoigner. Six mois après nous avons présenté notre expérience auprès de tout ceux qui nous ont soutenus de quelque manière que ce soit. Nous avons aussi confectionné un livret contenant tous les jeux, les chansons et les recettes de cuisines que nous avons apprises là-bas.

Aujourd’hui nous entamons un partenariat avec une association qui propose de l’aide aux devoirs et des activités aux enfants d’un quartier populaire. Nous voulons leur faire découvrir les activités et les jeux que nous avons rapportés du Nicaragua et les plonger dans une culture différente de la leur. Nous pouvons aussi proposer une reprise de projets aux compagnons intéressés par l’association Esperanza Granada.

Suite à ce projet, nous nous sentons toutes les sept citoyennes du monde. Pour nous cela signifie ne pas fermer les yeux sur ce qui nous entoure et s’ouvrir aussi bien à l’humain qu’à l’environnement. Être citoyen du monde c’est donc avant tout une ouverture à l’autre et à sa différence.

L’équipe des compagnons de Jalles

Transmettre la cohésion d'équipe chez décathlon
Échanger pour mieux s’instruire avec badeya Solidarité
Posted in Témoignages de compas.