Rendez-vous en terre inconnue à bali

Nous sommes une équipe de 5 compas de Saint-François les Monts d'Or : Clara, Azelia, Jeanne, Elsa et Valentine. En partant à Bali nous avions pour objectif de découvrir cette île nichée au cœur même de l'archipel de la Petite Sonde et de travailler dans une fondation pour personnes en situation de handicap. Récit d'une expérience chargée en émotions et en belles rencontres.

offrir un meilleur cadre de vie

temoignage-bali-stfrancois-2016-02Après trois ans de préparation, nous avons rejoint l'île de Bali. Là-bas, la fondation Cahaya Ubud – ce qui signifie concrètement perle brillante – nous a bien accueillies au sein de cette immense maison destinée aux handicapés moteur. Cette fondation accueille principalement des personnes à mobilité réduite en offrant un meilleur cadre de vie à ses résidents. En effet, le handicap n'est pas très bien accepté en Indonésie. Le regard des gens pèse énormément, les balinais considèrent que c'est une tare et abandonnent très souvent leurs enfants quand ils en sont victimes.

 

Du coup, huit personnes handicapées vivent dans cette maison à plein temps, plus le personnel. Il y a régulièrement un masseur australien bénévole qui vient soulager les douleurs. L'association a souhaité rendre autosuffisant le foyer en nourriture grâce à un jardin biologique. D'ailleurs, c'est sur ce point que nous sommes intervenues avec l'aide d'un autre australien volontaire. Il nous répétait inlassablement qu'ici il n'y a pas de chef et que nous devions nous laisser aller. La mentalité est très différente à Bali. Nous avons également travailler pour essayer de rendre les chambres plus habitables. Nous leurs avons appris quelques mots de français tandis qu'ils nous enseignaient leur mode de vie ainsi que leur culture. Mais c'est surtout de compagnie dont les résidents avaient besoin, ils étaient constamment en demande d'échanges. Nous avons connu de véritables moments de connivence et également de fous rires. Comme nous vivions tous ensembles, tout le monde se connaissait, les portes étaient constamment ouvertes. Les personnes de la fondation nous rendaient régulièrement de petites visites et nous avons même eu la chance d'assister à un mariage. De temps en temps, nous sortions pour découvrir cette île, nous avions loué des scooters ce qui nous permettait de nous déplacer à loisir.

Une manière de vivre très différente

C'est vrai que le rythme de vie au sein de la fondation nous a particulièrement marqué. Ils vivent au jour le jour sans se préoccuper des horaires et l'organisation à laquelle nous sommes habituées. Nous n'avons même pas pu accomplir la moitié de ce que nous avions préparé. Par exemple, Il nous a été impossible d'organiser une journée type de camp scout, trop compliqué puisque chacun venait à sa guise, tout se faisait au moment voulu.

Pour autant, le fait le plus marquant fut leur façon de considérer le handicap. Comme ils sont hindouistes, ils considèrent qu'être handicapé dans cette vie est lié au fait qu'ils ont commis une faute dans leur vie précédente. C'est ce qu'on appelle le karma, pas si facile dans ce cas de parvenir à les comprendre et à accepter. Nous avons eu beaucoup de discussions à ce sujet même si au départ il était difficile de l'aborder.

Quant à la différence de niveau de vie, nous ne l'avons pas ressenti tant que cela car nous vivions dans des villages où tout le monde a une maison. Nous étions dans la ville des dieux où la végétation est luxuriante, il y a tout à proximité pour leurs besoins et la vie est très paisible.

retour sur cette expérience

Cet expériment a su définitivement nous rapprocher au sein de l'équipe. Les points positifs ont été nombreux dans cette aventure. Nous prenions à cœur ce que nous faisions et surtout nous étions autonomes. Sans oublier un point surprenant, les handicapés sont hyper actifs, ils ne se limitent pas dans leur vie quotidienne et utilisent même des scooters pour se déplacer.

En ce qui me concerne, je pense qu'après avoir vécu un tel projet, j'aurais plus de facilité pour repartir à l'étranger. Que par l'empathie que nous avons pour les autres nous vivons réellement. De plus, vivre chez les partenaires locaux a rendu ce voyage encore plus unique.

Être citoyen du monde, c'est vivre au mieux en prenant en compte les générations à venir et les enjeux dans notre vie. Assumer nos responsabilités et promouvoir nos valeurs dans le respect des autres cultures, de l'environnement et du monde qui nous entoure en général. C'est juste embellir le monde qui nous entoure en étant à l'écoute, en agissant de manière juste et en donnant son temps pour des causes qui nous tiennent à cœur.

Au delà de ces belles rencontres et d'un objectif atteint, ce sont toutes les valeurs que notre équipe a transposé sur le terrain car le scoutisme, c'est l'école de la vie.

 

 

Valentine pour l'équipe des Compa'd'limites 😉

  

Pistes d'action

piste d'action solidaritépiste d'action enfance et éducation

Présentation de l'équipe

Compagnons :
Clara, Azelia, Jeanne, Elsa et Valentine

Équipe :
 2e temps - 2015/2016
Groupe :
 Saint-François - Les Monts d'Or
Territoire :
 Saône au Léman

 

Partenaire

Site web : http://cahayamutiaraubud.weebly.com/

Responsable : Ketut

Téléphone : +62 (0) 82 247 037772

Courriel : cmu.foundation@gmail.com


 

Rencontre de réfugiés sur le camp de Norrent-Fontes
Viens mélanger tes couleurs sur l'île de Crète
Posted in Témoignages de compas.