Quand cuisine rime avec rencontre

Un expériment avec l’association MIR à Nice

Avec les Embroisés, c’est le projet qui fait l’équipe ! A la base de l’expériment vécu cet été avec l’association MIR à Nice, une réelle envie de monter aux compagnons, de créer et de vivre des projets de qualité en allant à la rencontre de l’autre. La rencontre, c’est le mot clé de cet expériment qu’a vécu l’équipe compagnon de St-Ambroise à Paris, cet été.

Camille, Laurène, Florian, Aurore, Ariane et Quentin voulaient quitter leur petit confort citadin et se confronter à la détresse de gens en difficulté, en se mettant à leur service. Ils tombent alors sur l’association MIR, qui vient en aide à des personnes en grande difficulté financière en leur apportant, trois fois par semaine, un repas chaud et du réconfort.

faire la cuisine à grande échelleL’association, située dans les locaux du presbytère de la paroisse de l’Ariane, en périphérie de Nice, séduit les compagnons, qui prennent contact avec le curé et définissent ensemble les missions qui leur seront confiées pendant leur camp. Pendant 15 jours, les compagnons devront, les jours de distribution de repas, avec les membres de l’association, récupérer la nourriture donnée par divers organismes, préparer les repas pendant l’après-midi, et enfin les distribuer dans plusieurs points de la ville.

MIR effectue également des maraudes dans la ville, mais cette fois-ci les compagnons ne participent pas, car les personnes rencontrées peuvent se montrer agressives. Pourtant, c’est justement cette rencontre avec l’autre qu’ils recherchaient ; pour s’y préparer, ils avaient pris contact avec des membres de la Croix Rouge à Paris, avant de partir en camp, afin d’obtenir des conseils sur le positionnement à adopter, les choses à éviter…
Et de là vient la première surprise des Embroisés pendant leur expériment : loin de découvrir des gens hostiles et agressifs, comme ce à quoi ils s’attendaient, les compagnons ont été à la rencontre de gens souriants et conviviaux, heureux des repas apportés et des sourires échangés

Camille explique : « Certains chipotent un peu sur le menuproposé, mais c’est vraiment une minorité. » distribution solidaireFlorian, lui, avoue avoir été touché par une vieille dame de 80 ans qui lui avait confié : « Rien que de savoir que l’association va venir, ça embellit ma journée. » Et le public est très varié : SDF, smicards, gens en grande précarité… Pour Laurène, il existe tout de même une pointe de frustration : « Les rencontres, lors des distributions, sont souvent trop brèves, on est là que pour 15 jours donc ils préfèrent parler aux membres réguliers de l’association. »
Mais là où tous les compagnons se rejoignent et tombent d’accord, c’est pour souligner les échanges extraordinaires vécus avec les différents membres de l’association. Ariane explique : « On avait un peu peur de se retrouver tous seuls. » Loin de cela, de vrais échanges se tissent entre les Embroisés et les bénévoles de l’association, dont certains ont leur âge et se retrouvent là, grâce au père Patrick, curé de la paroisse et responsable de MIR, qui leur a tendu la main. L’ambiance dans les cuisines est donc très agréable et les garçons parlent foot pendant la préparation des repas.

L’objectif que s’étaient lancé les Embroisés, d’aller à la rencontre de l’autre semble avoir été parfaitement atteint et même dépassé. Partis pour aider des personnes précaires, c’est aussi la rencontre avec le partenaire qui leur aura réservé la plus belle des surprises ; et c’est cette expérience, sans aucun doute, qui leur servira de base dans la construction de leur expériment long.

Témoignage recueilli par Mathilde Latapie.

 

Tous en piste avec les burkinabés !
opération sportive au Cap Haïtien
Posted in Témoignages de compas.

2 Comments

  1. Pingback: Adultes | Pearltrees

  2. Pingback: Adultes | Pearltrees

Comments are closed.