Les Engativés chez Guy Gilbert, le prêtre des loubards.

Quand Marin, Eléonore, Clémence, Louis, Benoît et Axel, compagnons 1er temps, rencontrent le père Guy Gilbert, lors d’une conférence à Croissy (Yvelines) en début d’année, c’est une évidence : c’est au sein de son association, « La Bergerie de Faucon », dans les Alpes de Haute-Provence, qu’ils veulent réaliser leur expériment court. Cette association, située en pleine campagne, dans des paysages magnifiques, accueille une petite dizaine de jeunes adolescents en grande difficulté et fait le pari de les réinsérer dans la société. Les jeunes, accompagnés par des éducateurs, prennent leur vie quotidienne et matérielle « en main » en s’impliquant dans tous types de travaux et de services.

Ça c’est l’esprit de la Bergerie ! Un esprit scout en somme ! Marin explique : « C’est comme aux scouts ; dans l’association de Guy Gilbert, on donne après avoir reçu et le sens du service est placé au centre de tout. »

Après avoir passé une semaine entre eux à camper sur la propriété de la Bergerie, l’équipe passe la deuxième semaine au service de l’association.

Et si le choix de l’équipe des « Engativés » pour ce partenariat incombe en grande partie à la personnalité de Guy, la rencontre avec des jeunes ayant vécu des choses difficiles est une autre de leurs attentes. Aussi toute leur journée est rythmée par celle des jeunes : avec eux, ils s’occupent des bêtes du domaine, ils prennent leurs repas, ils les aident à monter des spectacles… et très vite la relation devient à la hauteur des espérances des compagnons, voire même plus. Clémence raconte : « On appréhendait un peu le contact avec les jeunes, on nous avait dit que certains avaient des couteaux, qu’il fallait qu’on se montre prudents, surtout au début. Mais super rapidement, les jeunes se sont montrés cool avec nous ; on n’était pas leurs éducateurs, il n’y avait pas de relation d’autorité entre eux et nous même si on était un peu plus âgés. »
Une autre crainte des Engativés, venait de la peur d’être jugés en tant que scouts. Pourtant, là aussi l’équipe fut surprise par l’absence de jugement de ces jeunes en difficulté et leur non-connaissance du mouvement a même donné naissance à de belles discussions !

C’est donc un expériment extrêmement riche qu’ont pu vivre les compagnons ; car en plus de la relation qu’ils ont su établir avec les jeunes, des diverses missions ponctuelles à réaliser au sein de la Bergerie (s’occuper de ranger la librairie, aider à la préparation des grandes fêtes de l’association – fête des motards, fête de la Bergerie –) il leur a été possible d’intégrer une dimension religieuse à leur expériment.                                                                               .
Car, ne l’oublions pas, Guy Gilbert est le prêtre des loubards, et les messes qu’il a célébré ont profondément marqué les compagnons. Eléonore témoigne de la première messe avec Guy : « Nous arrivions tout juste et nous étions environ une douzaine, dont plusieurs musulmans et athées. J’ai découvert une messe simple, sans les fioritures habituelles, avec juste l’essentiel et une phrase marquante « L’autre a toujours une vérité qui nous manque. » J’ai retenu plus en 30 minutes qu’en des mois de messes ; là on allait à l’essentiel.»

Partis pour découvrir des jeunes « difficiles », les Engativés sont revenus certains que la rencontre avec l’autre est une force et que c’est à travers le service que se créent les plus beaux liens.

Propos recueillis par Mathilde Latapie.

Restaurer un écosystème avec les rovers Boliviens
L’échange autrement, le handicap au quotidien
Posted in Témoignages de compas.