Les compas ont la main verte à belle-Île-en-mer

Nous sommes cinq compagnons de Nanterre et lors de notre premier temps nous avons passé deux semaines à Belle-Île-en-Mer pour œuvrer à la sauvegarde de la biodiversité de l’île.

Pour notre premier expériment nous avions choisi la piste d’action «Environnement» Nous sommes partis en camp d'été passer deux semaines à Belle-Île-en-Mer, l’île que l’on appelle aussi «la bien-nommée».

Nous avions deux partenaires sur place. D’un côté le CPIE - Maison de la Nature (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement) et de l’autre les gardes du littoral. Dans le cadre de ces partenariats nous avons participé à trois projets différents.

défricher, nettoyer et déraciner

temoignage-belle-ile-nanterre02Nous avons commencé par défricher un verger dans les vallons aux alentours de Bangor, une des villes de l'île. Une phase préalable à la création d’un sentier botanique. Les vallons sont réputés pour leurs très anciens arbres fruitiers mais ils sont laissés à l’abandon depuis longtemps. Nous avons donc retiré toutes les ronces qui envahissaient le verger en prenant garde à ne pas abîmer d'autres plantes comme la bruyère sauvage.

Une fois cette première mission achevée, pas le temps de chômer ! Les gardes du littoral nous ont confié la tâche de nettoyer les criques de l'île. Pour la plupart elles sont inaccessibles mais jonchées de détritus laissés par les vacanciers ou perdus par les cargos. Nous avons trouvé toutes sortes de déchets, du polystyrène, des seringues, des pneus…

temoignage-belle-ile-nanterre04Concrètement nous avons dû remplir plus d’une quinzaine de gros sacs poubelles ! Ce que nous avons fait n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan mais nous avons apporté un peu de notre aide aux gardes, à la préservation du littoral et aussi au bien-être des vacanciers et résidents de l’île. Nous avons d’ailleurs été agréablement surpris lors d’une après-midi de nettoyage quand les touristes présents se sont mis à nous aider. Tout en profitant du dernier rayon de soleil en fin de journée, ils ont mis la main à la pâte. Ça nous a permis d’avancer plus vite mais aussi de partager notre action avec les vacanciers présents, le tout dans la bonne humeur générale !

temoignage-belle-ile-nanterre03Notre troisième mission consistait à débarrasser une parcelle de terrain d’une plante envahissante : la cinéraire maritime. Cette plante a été importée de la côte d’Azur par Sarah Bernhardt pour le jardin de sa maison située sur la Pointe des Poulains. Elle a colonisé petit à petit les pelouses de l’île sans être contrôlée. Aujourd’hui il faut s’en débarrasser pour qu’elle ne perturbe pas l’écosystème insulaire. Avec Jérémie, un des gardes du littoral, nous nous sommes donc occupés d’arracher cette plante toute une journée. Cette journée nous a permis de mieux comprendre le fonctionnement de la flore de l’île et l’intérêt de son entretien.

 

Piste d'action

Environnement piste d'action

 

Présentation de l'équipe

Les compagnons :

Balthazar, Arnault, Etienne, Antoine et Floriane.

Équipe :
 1e temps - 2013/2014
Groupe :
Sainte Geneviève - Nanterre
Territoire :
 Haudéo
Retrouve la suite de leurs aventures

Sur le blog de l'équipe ici !

 

Les promesses

temoignage-belle-ile-nanterre05

Il est 22h, le soleil se couche sur la Bretagne. C’est ce moment-là que nous avons choisi pour prononcer nos promesses. Chacun d’entre nous a exprimé au reste de l’équipe pourquoi, comment, et dans quel but il choisissait de s'engager dans le parcours Compagnons.

Perchés sur les falaises de Belle-Île nous avons rêvé de l’été suivant avec impatience mais aussi appréhension. On ne savait pas encore où aller, que faire et comment partir mais on avait comme une petite brise qui balayait notre peur en nous poussant : « Vas-y, pars et engage-toi ».

C’était un peu fou de penser que nous vivions ce camp parce que nous l'avions souhaité et que nous l'avions construit ensemble. Et encore plus fou d’imaginer qu’un an après nous irions encore plus loin pour un camp encore plus engagé.

Dès septembre 2014 ça s’est concrétisé, nous étions prêts à nous lancer dans un projet de solidarité au Burkina Faso.

Balthazar, Arnault, Etienne, Antoine et Floriane

 

à la rencontre de l'autre en Haïti
au pérou, apporter sa pierre à l'édifice
Posted in Témoignages de compas.