Gaule-Togo : à gauche après le menhir

Des compas chez les gaulois ! C'est l'expériment vécu par l'équipe Compagnons 1er temps du groupe de Sevre et Loire, en Loire-Atlantique.

C’est le mois de juillet à Nantes, il fait chaud et nous sommes chargés comme des bœufs. Réunis depuis quelques heures, nous grimpons dans un bus, qui nous mène à un train, qui fonce vers le Village Gaulois de Pleumeur-Bodou, en Armorique !

Le Village Gaulois, c’est le moyen qu’a trouvé l’association MEEM (le Monde des Enfants pour les Enfants du Monde) pour réaliser ses actions en Afrique. Depuis 1996, l’exploitation du village permet de financer 5 écoles togolaises en continu et de participer à divers projets éducatifs. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a fait d’une pierre deux coups («Des loisirs intelligents ici ; des écoles de qualité là-bas») ! Et puis, ça nous a donné des idées pour notre expériment long...
Sur place, point d’Astérix, mais des bénévoles, et des scouts belges dont nous n’oublierons pas les visages avant longtemps.

Témoignage Village Gaulois

Le Village !

 Que ce soit à tresser les nattes de joncs pour les toits des chaumières, travailler à la forge, construire la nouvelle maison du druide, accueillir les visiteurs, organiser le tir à la corde sur la grande place, nous étions tous là pour faire perdurer une œuvre qu’aucun de nous n’aurait été capable d’entreprendre. Et c’était toujours avec respect que nous passions à côté du menhir de plusieurs tonnes, que d’autres bénévoles, d’autres scouts, avaient dressé là, sur la place, à la seule force de leur bras, mais sans potion magique.

L’Equipe Supertramp

 

 

de compagnons à professeurs au Népal
Un mois au service d'un village marocain
Posted in Témoignages de compas.

Laisser un commentaire