Aux fourneaux pour les enfants de quezon city

Nous sommes quatre filles, les Pillings, et nous nous connaissons depuis un bon bout de temps ! En août 2015 nous sommes allées cuisiner pour les enfants de Quezon City aux Philippines avec pour but de veiller à rééquilibrer leur alimentation et lutter contre la malnutrition.

Notre projet deuxième temps, on l’a en tête depuis le début de notre première année. Ça nous a permis de le mûrir longtemps avant de le faire. On avait très envie de partir en Asie et ma tante qui est religieuse consacrée à Notre-Dame de Vie, nous a parlé de la communauté des Philippines. Nous avons pris contact avec eux et ils nous ont directement parlé de l’ACED (Ateneo Center for Educational Development) avec qui nous avons fait notre projet. Dès les premiers mois de notre premier temps, on avait des contacts avec des gens sur place et on savait ce qu’on allait y faire. Le fait d’en entendre parler si tôt nous a complètement motivé dès le départ !

du pain sur la planche !

temoignage-philippines-2015-pillings05Le projet de l’association dans lequel nous avons pris part consiste à lutter contre la malnutrition des enfants. Lorsqu’ils partent pour l’école, leurs parents leur donnent souvent quelques pesos pour manger avec lesquels ils achètent des chips ou des pancakes. Leur alimentation est très déséquilibrée et ils ne sont pas dans de bonnes conditions pour aller à l’école. L’ACED a donc lancé un Feeding Program (programme d'alimentation) en juin 2014 dans les écoles de Manille et des villes alentours.

L’objectif : que les enfants puissent manger un repas chaud et équilibré chaque jour (légumes, viande et riz). Dans l’idée, les enfants doivent participer au programme une année. À la fin de cette année, ils doivent avoir retrouvé un équilibre diététique et pris de bonnes habitudes alimentaires pour le futur.

temoignage-philippines-2015-pillings02Qtemoignage-philippines-2015-pillings03uand nous y sommes arrivés, le programme était déjà lancé et près de 20 000 repas étaient distribuées chaque jour. Notre mission était d’aider à lancer une nouvelle cuisine dans quatre écoles. La première semaine nous avons aidé quotidiennement à la préparation de 2000 repas et dès la deuxième semaine le rythme s’est accéléré et nous devions en préparer deux fois plus !

Pistes d'action

Brevet scouts du mondepiste d'action enfance et éducationpiste d'action sport

 

Présentation de l'équipe

Les compagnons :

Pauline, Laure, Marguerite et Carla

Équipe :
 2e temps - 2014/2015
Groupe :
 Le Petit Prince
Territoire :
 Val d'Yvelines

Apprenties-cuisinières nous avions un rythme très soutenu ! Notre réveil sonnait à 4h30 car nous devions être aux fourneaux dès 6h avec les autres volontaires, majoritairement des philippins. Vers 10h, quand les repas étaient « emmarmités » nous partions pour Maligaya Elementary School où nous mettions les repas dans des lunch-boxs pour les distribuer ensuite aux enfants. Enfin, en début d’après-midi venait le temps du rangement et de la vaisselle. Heureusement, les élèves étaient toujours ravis de nous aider dans ces tâches. Nous étions leurs « Ate », c’est-à-dire leurs « grandes sœurs ».

 

au foyer « Mother of life »

Le deuxième aspect notable de notre aventure a été notre vie au foyer Mother Of Life, que nous avons partagée avec des étudiants en catéchèse, tous âgés de 20 à 27 ans. Bien accueillies et même chouchoutées, nous avons appris quelques mots de tagalog : «mangada » pour jolie et « Massarap » pour délicieux. Nous avons même participé aux MOLimpics, les olympiades et nous sommes un peu retournées en enfance ! C’était super à part l’épreuve qui avait été conçue spécialement pour nous par les étudiants… La première d’entre nous à avoir mangé son balut avait gagné. Ça semble facile comme ça mais les baluts sont en fait des œufs fécondés et mangés cuits. Les nôtres avaient dix-sept jours, autant dire qu’on voyait déjà les plumes et le bec du poussin… Dégoutant ! Carla a gagné suivie de Pauline, Laure et moi n’avons pas pu finir les nôtres…

Les week-ends, nous en avons profité pour parcourir le pays avec beaucoup de surprises : accueil particulièrement chaleureux, nouvelles traditions, vivre un typhon sur les routes de montagne…

Tenir bon en équipe

temoignage-philippines-2015-pillings04La préparation de cet expériment nous en avait déjà beaucoup appris les unes sur les autres mais ce n’était pas grand-chose par rapport à tout ce que l’on a vécu sur place. Pendant un mois nous étions toutes les quatre ensemble, sans arrêt et on a appris à se connaitre bien mieux qu’avant (et pourtant, on se connait toutes depuis la sixième au moins.). Chacune d’entre nous à découvert au moins une nouvelle facette chez les autres. Lors de ce mois passé en Philippines il a fallu apprendre à faire la part des choses entre l’amitié et l’équipe car nous étions ancrées dans un projet bien plus grand que seulement nous quatre. Un mois c’est long, et il a fallu tenir le coup. Il n’y a pas la possibilité de partir prendre un peu l’air, ni celle de prendre beaucoup de recul sur les situations de crises. Hors de notre confort européen, notre chère équipe aux forts caractères en a pris un coup. Tout n’a pas été rose tout le temps mais on est rentrées plus grandies, plus ouvertes au monde et encore plus soudées qu’avant.

On peut dire qu’on en a aussi beaucoup appris sur nous-même. Physiquement et psychologiquement, l’expérience était nouvelle. Un nouvel environnement bien plus bruyant et pollué qu’à l’accoutumée, une nouvelle culture, une nouvelle alimentation… Il a fallu se défaire de certains clichés mais aussi accepter que certains faits soient vrais et qu’on ne peut pas forcément changer les choses. Le climat n’a pas non plus facilité les choses. On a beau le savoir, on ne s’habitue pas facilement à transpirer au moindre de nos gestes.

Ce voyage était réellement fantastique ! Nous sommes très fières d’avoir réussi à créer une dynamique dans l’école où nous étions car elle manquait beaucoup de volontaires. Nous avons été à la rencontre d’une culture parfois dépaysante et nous avons appris à quel point une équipe pouvait montrer ses fragilités de temps en temps. On voulait un projet de folie et on a été servies !

Marguerite pour l’équipe des Pillings

 

Faire sa promesse au coeur du Mont-Saint-Michel
des couleurs plein la vue en Tanzanie
Posted in Témoignages de compas.