Les 7 étapes d’un expériment

Un expériment peut durer plusieurs jours, plusieurs semaines, ou plusieurs mois. Les expériments courts vécus lors du 1er temps Compagnons sont des expériences nécessaires pour apprendre à construire un expériment long lors du 2e temps.

Le parcours Compagnons est constitué d’un enchaînement d’expériments. On parle parfois de boucle du projet, car c’est l’évaluation et la relecture d’un expériment vécu qui permettent de définir et d’ajuster les motivations du prochain expériment.

 

1 – Identifier les motivations personnelles et collectives

Seuls en équipe ou avec les accompagnateurs Compagnons, c’est un temps spécifique où chacun exprime ce qui lui tient à cœur et ce sur quoi il voudrait agir. C’est le temps de partager ses rêves et ses envies.

Voici une méthode en 3 temps. Elle vise à inviter chacun à s’exprimer, puis à enrichir les idées des autres avant de décider ensemble. Chacun doit d’abord répondre à deux questions :

  • Qu’est-ce que je veux faire ? (Quoi ?)
  • Qu’est-ce que j’attends de cet expériment pour moi et pour l’équipe ? (Pourquoi ?)

Une fois que chacun a répondu aux deux questions, on met en commun les motivations.

  1. À partir de ces questions, chacun liste ses idées sur une feuille ;
  2. Les feuilles tournent entre chaque membre de l’équipe et chacun enrichit les idées proposées ;
  3. Une synthèse des idées est ensuite effectuée puis reportée sur un tableau numéroté ;
  4. Chacun note toutes les actions entre 1 (moins motivante) et 5 (plus motivante).
  5. Un membre de l’équipe fait la somme des votes sur le tableau, on classe ensuite les idées, de celle qui remporte le plus de voix à celle qui en remporte le moins.
  6. À partir de là, on peut relever les motivations de l’équipe. Ces motivations permettront ensuite de définir un projet global, ou au moins la ou les pistes d’action du futur projet.

Exemple de tableau à utiliser

 

2 – Définir un enjeu et une action commune

L’enjeu d’un expériment, c’est la raison pour laquelle l’équipe se lance dans un projet. Le choix de l’action commune vise ensuite à embarquer toute l’équipe sur la même piste d’action.

Un enjeu répond à la question : pourquoi ? C’est une étape essentielle à formuler avant de choisir un partenaire pour définir ensemble un objectif au projet qui sera mené ensemble. Synthèse de l’expression des motivations, l’enjeu de l’expériment et la piste d’action permettront de communiquer avec de potentiels partenaires afin d’en choisir un et de construire ensemble un projet commun.

La piste d’action est à choisir parmi les 8 pistes d’action du parcours Compagnons. La page pistes d'actions est un espace adapté pour enrichir les idées de l’équipe. Des dizaines de témoignages d’équipes sont également mis en ligne chaque année. En France ou à l’étranger, les expériments de celles et ceux qui vous ont précédé pourront aussi vous donner des idées !

Thématique d’année

L’Agora des compagnons propose chaque année une thématique d’année qui invite la branche Compagnons à se saisir d’un sujet et à agir en faveur d’une cause. Cette thématique peut être une piste pour les équipes souhaitant participer de près à la dynamique d’année :

3 – Identifier un partenaire et les 4 axes de l’expériment

C’est à ce moment-là que se joue toute la subtilité de l’expériment ! Au-delà du simple projet, l’expériment fait grandir chacun. Le carnet de bord vous aidera à identifier le partenaire et à enrichir les 4 axes tout au long de l’expériment.

Le partenaire vous permet de découvrir l’action d’une association ou d’une institution locale et d’y prendre part. Avec votre partenaire, vous allez définir ensemble une action commune correspondant aux motivations et aux besoins de chacun. Grâce à votre partenaire, vous aurez accès aux enjeux et à l’expertise du domaine d’action que vous aurez choisi. Votre action s’inscrira ainsi dans un cadre plus pérenne. Le partenariat est un engagement réciproque, pour un temps et un objectif donnés entre une équipe Compagnons et une structure au service du bien commun. Elle permet à l’équipe de :

  • Découvrir d’autres réalités en partageant le vécu d’acteurs engagés ;
  • S’ouvrir à la différence et aux multiples façons d’être un citoyen actif en France ou à l’étranger ;
  • Apprendre de nouveaux savoir-être à travers l’échange ;
  • Développer de nouveaux savoir-faire en agissant avec d’autres personnes.

Un expériment peut être construit avec un ou plusieurs partenaires. Il peut s’agir d’une association, d’une institution locale, d’une organisation non gouvernementale…

Trouver un partenaire

En listant les associations que vous connaissez ou que vous pouvez trouver autour de vous (lycée, fac, maison des associations, mairie…). Mais également en visitant les pages Partenaires France et Partenaires Internationaux de ce site qui présente des dizaines de propositions de partenariats et plusieurs réseaux de partenaires : Fédération Française de Randonnée, Secours Catholique, JRS – Welcome, Emmaüs, LPO – Agir pour la biodiversité… Enfin l’Agora des compagnons propose également des pistes de partenaires à contacter pour vivre des expériments.

4 – Planifier

La planification intervient une fois que l’objectif de l’expériment a été défini avec le partenaire. Elle permet d’organiser dans le temps l’ensemble des actions à mener en affectant à chaque tâche un responsable.

ETAPE 1 : Visualiser l'étendue de l'expériment

1 – Lister les actions

Vous pouvez par exemple commencer par un brainstorming en équipe afin de lister les actions nécessaires pour réaliser l’expériment.

2 – Organiser les actions

Vous pouvez alors classer les actions en les positionnant autour des 7 champs de l’objectif : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Pourquoi ? Le modèle du schéma heuristique proposé permet d’explorer sur une carte graphique toutes les composantes à prendre en compte dans un expériment et permet d’éviter d’oublier des actions.

 

ETAPE 2 : Planifier les tâches dans le temps

1 – Transformer les actions en tâches

Pour chaque action, se demander ce qu’on doit faire pour les réaliser et découper en tâches élémentaires. Regrouper les tâches élémentaires par catégories et nommer un responsable par tâche ou par catégorie. Exemple : activités, logistique, trésorerie, communication… Cela peut être fait en fonction des envies de chacun ou de ses disponibilités.

2 – Définir le résultat attendu pour chaque tâche

Identifier pour chacune des tâches le résultat attendu. Par exemple pour la logistique, préciser si on attend une liste de matériel à trouver ou si on attend d’avoir le matériel prêt. Idem pour des billets de train (horaires ou billets réservés ?) ou pour une activité quelconque…

3 – Planifier les tâches

Planifier les tâches dans le temps en indiquant les dates de début et de fin de chacune, ainsi que la durée nécessaire. On peut utiliser pour cela un diagramme de Gantt. On peut aussi noter sur ce schéma le référent de chacune des tâches.

Un simple crayon suffit pour réaliser un diagramme de Gantt… mais cela peut aussi se faire avec un tableau qu’on se partage en équipe.

 

Sur le diagramme de Gantt ci-dessus, la vente de fromage commencera lors de la deuxième semaine des vacances de février et se poursuivra encore une semaine. Pendant ce temps, quelqu’un effectuera les recherches documentaires nécessaires pour l’expériment. On cherchera à caler une ou plusieurs réunions en visio avec le partenaire entre la dernière semaine de février et la 3e semaine de mars.

5 – Préparer

Une fois que la planification de l’expériment est faite, place à la préparation ! Des outils sont là pour y arriver.

Trois outils sont nécessaires pour préparer au mieux l’expériment :

  • Les réunions d’équipe ;
  • Le planning prévisionnel ;
  • Les rôles de chacun.

Dès le début de l’expériment, on fixe la date des réunions d’équipes qui permettront de faire le point régulièrement sur l’avancement de la préparation. Cela peut être une fois toutes les deux semaines ou une fois par semaine selon le stade d’avancement de la préparation.

Les réunions d’équipe réunissent l’ensemble de l’équipe, avec ou sans les accompagnateurs Compagnons. Un ordre du jour permet d’établir les points qui seront abordés et un compte-rendu est là pour garder la mémoire des décisions qui ont été prises.

Le planning prévisionnel permet de suivre l’avancement de la préparation de l’expériment. On pointe les tâches qui ont été effectuées, les retards éventuels et les difficultés à résoudre. Le planning prévisionnel est un outil souple qui est là pour prendre en compte les réalités du quotidien. Il doit rester une boussole qui permet d’avancer.

Chacun dans l’équipe a un rôle défini pour mener à bien l’expériment. Le rôle est tournant, lié à l’expériment. Des personnes extérieures à l’équipe peuvent t’aider : accompagnateurs Compagnons, trésorier, aumônier, chefs ou cheftaines, parents du groupe… Lorsque tu prends une responsabilité dans l’expériment, cela ne veut pas dire que tu vas tout réaliser seul(e). Parfois tu auras besoin d’un coup de main externe, parfois tu auras besoin de toute l’équipe pour prendre une décision ou pour préparer une activité… En revanche, tu es responsable de communiquer à l’équipe l’avancement de la tâche dont tu es responsable et les difficultés éventuelles qui auraient un impact sur les décisions que vous avez prises ensemble (délai, finances...).

6 – Vivre l’action

Une heure en soirée, deux heures sur une journée, 2 demi-journées sur un week-end, plusieurs jours sur une semaine… La durée de l’action est variable selon l’expériment.

Après avoir passé plusieurs semaines ou plusieurs mois à préparer l’expériment, vient enfin le temps de l’action ! Avec un partenaire, souvent au contact d’un public-cible, l’action tant rêvée va enfin se vivre !

Quinze jours avant l’action :

  • Organiser une dernière réunion pour faire le « filage » de l’action : il s’agit de regarder l’enchaînement de l’expériment dans le temps en s’assurant que chacun a un rôle et que le matériel éventuellement nécessaire est prêt. Ce filage peut être réalisé avec le partenaire ;
  • Avec l’accord du partenaire, prévenir la presse à l’aide d’un dossier de presse ;

Pendant l’action :

  • Chacun des compagnons a un rôle. Les rôles sont liés et centrés sur l’action ;
  • L’action se réalise en tenue (chemise + foulard) sauf indications contraire du partenaire (foulard conseillé, au minimum).

A la fin de l’action :

  • Remercier le partenaire ;
  • Laisser propre l’endroit, ne pas laisser de déchets sur place (ou ne pas en générer du tout) ;
  • Faire un point logistique ;
  • Si le temps le permet faire une évaluation à chaud.

7 – Evaluer et relire

L’évaluation et la relecture sont deux étapes distinctes qui permettent de voir comment l’action menée a atteint son objectif et comment chacun l’a vécu, personnellement et collectivement. Ces étapes sont nécessaires avant de témoigner et de passer à un autre expériment.

Évaluation : objectifs atteints ?

L’évaluation peut se faire dans un premier temps avec le partenaire et dans un deuxième temps en équipe, avec les accompagnateurs Compagnons. Elle permet de savoir si l’objectif fixé avec le partenaire a été atteint. A partir d’éléments factuels, vécus, elle donne également une indication sur la méthode de préparation, sur la planification et sur les rôles de chacun pendant l’expériment.

Relecture : qu’est-ce que j’en retire ?

C’est ce qui fera toute la différence entre un projet et un expériment. La relecture est un temps d’introspection, où chacun va d’abord se remémorer personnellement les différentes étapes de l’expériment. Elle invite ensuite à partager aux autres ce qui a grandi en soi, ce qui est neuf. Elle permet également de mettre des mots sur ce qui a été plus difficile afin de s’en libérer et de pouvoir passer sereinement à la suite. Chez les compagnons, cette méthode prend la forme du Yabboq.

Conseil : revoir les objectifs d’un expériment pour évaluer et relire.

 

Reconnaître la progression personnelle

A l’issue de l’évaluation et de la relecture, les accompagnateurs Compagnons vous remettront à chacun un badge correspondant à la piste d’action de l’expériment afin de rappeler le chemin que vous avez parcouru. Ensemble, en équipe, vous pouvez aussi remettre à un ou plusieurs compagnons une piste d’action correspondant au domaine dans lequel chacun a grandi et s’est développé.