Le bivouac, pour prendre la route

Avec le bivouac, les compagnons sont invités à vivre en équipe un temps de ressourcement en pleine nature. Autrement dit, le bivouac déploie pleinement les fondamentaux du scoutisme. Démonstration.
OBJECTIF ÉDUCATIF
Mener une vie saine et équilibrée

Samedi, 10h30, massif de l’Étoile, au nord de Marseille. Le chemin qui trace à travers la garrigue s’ouvre à elles. Le bloc de rochers calcaires au loin est l’objectif accessible qu’Emma a identifié sur la carte. Les sept filles s’élancent, le sourire aux lèvres, heureuses de profiter d’un week-end en pleine nature. Le sac à dos bien rempli, Clémence a même trouvé la place d’ajouter son ukulélé et trois carnets de chants. Marine et Justine se demandent si leur réalisation va fonctionner avec le mistral qui souffle. La veille au soir, elles ont fabriqué un P3RS: un petit réchaud de randonnée qu’elles entendent tester pendant le bivouac. Chacune y a mis du sien pour préparer le week-end. Trois semaines auparavant, leur expériment avec les soeurs de Mère Teresa leur a permis de vivre leur premier projet où chacune a trouvé sa place. Cuisine et service de repas pour les personnes démunies dans un quartier de Marseille, à deux pas de la gare. Mais le besoin de se retrouver en équipe, en pleine nature est plus fort que tout.

Dans le parcours Compagnons, le bivouac allie deux éléments fondamentaux de la méthode scoute : la nature et la vie d’équipe. D’après Baden-Powell, la nature est le milieu éducatif par excellence. Un lieu pour apprendre à se connaître, en toute sincérité.

Un lieu qui nous incite à être sobre et simple pour se tourner vers l’essentiel. Une équipe, ça se construit. L’équipe naît, bâtit son histoire grâce aux valeurs et aux rêves de ceux qui la composent. Elle avance grâce à tous les moments partagés et aux actions réalisées ensemble. Elle mûrit en même temps que chacun de ses membres. Et elle a besoin de temps pour se ressourcer et trouver un équilibre.

Le bivouac, c’est un campement simple dans la nature. La proposition qui est faite aux compagnons à travers le bivouac est de faire une pause en équipe afin de vivre le scoutisme, en pleine nature. De randonner, en suivant un itinéraire, pour que l’équipe avance sur sa route. L’occasion de prendre le temps, simplement pour se retrouver, ou pour relire un expériment en vivant un Yabboq. L’occasion de partager ses rêves, ses envies pour la suite, ou pour faire une pause en équipe. De poser son sac, planter sa tente, admirer un coucher de soleil. 19h40, le soleil se couche. Toute l’équipe est là, posée sur les rochers surplombant la ville et la mer au loin. Quelques instants après, Sarah allume sa frontale et Adèle lance la préparation du repas. La soirée se terminera  autour d’un air de ukulélé en chantant Je prends le relais, le chant de la branche Compagnons.

Benoît Lalire

Responsable national Compagnons & Jeunes adultes

azimut-41-couverture

N°41 - Mai 2015

page bivouac

Toutes les infos pour organiser un bivouac

More Info

Guillemet-Azimut

Guillemet-droite-Azimut

Comment accompagner un bivouac ?

 

Le bivouac est une proposition adaptable à toute situation: week-end de début d’année pour souder l’équipe, en cours d’année après un expériment court ou au milieu du camp. Accompagner un bivouac, c’est tout miser sur la préparation et la confiance. Pour les AC, il peut être intéressant d’accompagner deux axes : la répartition des rôles au sein de l’équipe et les temps structurants du bivouac. Certains compagnons auront besoin de conseils pour réaliser leur mission et ne refuseront pas un coup de main. Si l’équipe décide de vivre un Yabboq, il peut leur être proposé d’en vivre un premier avec les AC avant de les inviter à vivre ce temps de relecture en autonomie.

yabboq

Pour accompagner ta relecture, tu peux retrouver le Yabboq ici

 

Faire un choix, quelle histoire !
Camp d'été : adopter le bon tempo
Posted in Vie de Branche.