Liberté, égalité… mixité

Relations affectives, répartition des rôles, ambiance, dynamique de groupe… : la mixité touche bien des aspects de la vie d’équipe. Et si c’était l’occasion d’ouvrir le débat sur nos préjugés, nos projections, et de réfléchir au type de relation que nous voulons entre filles et garçons ?

 

 

Moi ? affreux macho ?

AZ30-couverture

N°30 - Août 2012

Pensées brouillonnes. Assis depuis une demi-heure sur un rocher, doré par le soleil, je regarde cette rivière desséchée s’écouler avec difficulté sous la chaleur béninoise. Sans conviction. Ce spectacle ne m’émerveille plus. La brûlure piquante de la gifle de Chloé me sonne; la douleur m’étourdit. Et si je n’ai pas la marque rouge de sa main sur ma joue, c’est parce que c’est mon égo qui a pris le coup. Je revois son visage sévère et pourtant si beau, ses traits déformés par la colère et pourtant si expressifs. J’en reste perplexe. Y at- il un fond de vérité dans ses propos ou a-t-elle juste exagéré sous la colère?

«J’en ai marre, Martin! Est-ce que tu te rends compte de la façon dont tu nous considères, nous les filles? Dont tu critiques le moindre de nos choix ? La moindre de nos actions? Je n’en peux plus de ton comportement macho déguisé sous des grands airs féministes !

Si tu es ici aujourd’hui, à l’autre bout du monde... c’est uniquement grâce aux filles de l’équipe. Tu as fait beaucoup de vent, mais tu n’as rien fait d’autre pour ce projet !»

Ces paroles résonnent dans mon esprit et je tente de faire le tri dans ce flot d’accusations. Être aussi loin de la France, de mon petit confort et de mes habitudes questionne mes pratiques sur la relation hommes-femmes et les engagements quotidiens des guides béninoises m’interpellent encore plus après cette dispute.

Les interrogations fusent et bousculent dans mon cerveau l’ordre établi de mes pensées. Au-delà des avis consensuels sur l’égalité et la complémentarité des sexes, quelle vision réelle ai-je de la femme? Comment est-ce que je me situe par rapport à ma copine? Par rapport aux autres filles? N’ont-elles pour moi qu’un rôle d’assouvissement de mon propre désir?

Suis-je moi aussi dans le rôle du «mâle protecteur» qui refoule ses émotions? Ai-je le droit de les exprimer sans craindre de paraître fragile? Suis-je finalement dominé par les objectifs de performance de notre société? Performance dans mes relations? Performance sexuelle? Attend-on vraiment de moi que je ne fasse aucune erreur? Les filles semblent tellement sûres d’elles… Se cachent-elles aussi derrière un masque? Jamais je n’oserai leur poser la question… Le soleil se couche et je laisse échapper une larme… parce que j’en ai le droit. Sur une souche non loin, Chloé fixe le même crépuscule, des questions plein la tête, les mêmes peut-être. Et les mêmes émotions bouleversées.

Nicolas Debandt

Chargé de mission au centre de ressources Ile-de-France


 

Guillemet-Azimut

Guillemet-droite-Azimut

Nous aurions eu du mal à partir si nous n’avions été que des mecs ou que des filles !

 

L’équipe Compagnons 3e temps du groupe Pierres-Dorées

« Nous aurions eu du mal à partir si nous n’avions été que des mecs ou que des filles ! » «Quand nous avons formé notre équipe, nous étions quatre garçons et deux filles. L’équilibre entre garçons et filles nous semblait enrichissant, alors on a invité une amie du groupe voisin pour rétablir un peu l’équilibre. Et puis on voulait aussi de nouvelles idées, apporter un peu d’air frais à l’équipe !
 
Au quotidien, les relations filles/garçons sont plutôt bonnes dans notre équipe. Il y a des caractères différents mais pas de réels problèmes, bien que l’on remarque quand même qu’il y a parfois deux « groupes», et que les filles préfèrent se confier aux filles.

La répartition des rôles s’est faite assez naturellement, en fonction du temps que chacun pouvait accorder au projet et en fonction des compétences de chacun. On n’a pas tellement pensé aux stéréotypes filles/garçons, du type ‘ les filles à l’intendance et l’infirmerie et les mecs à la recherche de financements et aux extra-jobs’. On s’est plutôt demandé «Est-ce que tu es à l’aise avec ce rôle?» ou « Est-ce que ta place dans l’équipe justifie ce rôle?». Une chose nous paraît évidente aujourd’hui : nous aurions eu du mal à finaliser notre projet et à partir si nous n’avions été que des mecs ou que des filles !.»

 


AZ30-boussole(6)

 

Guillemet-Azimut

Guillemet-droite-Azimut

des équipes non-mixtes, ça ne signifie en rien la fin des relations filles-garçons

 

 

L’équipe Compagnons de Oullins-La Mulatière

« Suite à des arrivées décalées aux Compagnons, nous avons été amenés à former deux équipes sur notre groupe: une de garçons et une de filles. On nous a souvent demandé si cette absence de mixité nous avait été imposée: ce n’était pas le cas et nous posons un regard heureux et sans regret sur cet état de fait, d’autant que cela ne nous a pas empêché de vivre des temps en commun. Par exemple nous nous sommes retrouvés sur un extra-job d’été pour la cueillette des abricots et cela a renforcé notre amitié. Ce fut aussi l’occasion de découvertes: les filles se sont rendues compte que l’équipe de garçons n’avait pas du tout le même mode de fonctionnement et que finalement, être entre filles, ça apportait aussi une autre dimension. 

Quant aux garçons, ils ont réalisé que la présence de filles aurait sûrement influé sur leur manière de construire les relations avec leur partenaire dans un précédent expériment. En tout état de cause, pour nous, avoir des équipes non mixtes ne signifie en rien la fin des relations garçons/filles. Parfois, cette situation a même favorisé le maintien de bonnes relations entre nous! »


 

Guillemet-Azimut

Guillemet-droite-Azimut

Fixer des règles de vie au couple par rapport à l'équipe

 

Philippe-Alexandre de l’équipe Compagnons de Notre-Dame-des-Otages

 

AZ30-boussole(4)

« Être en couple dans une équipe Compagnons, c’est l’occasion de partager une très belle expérience. C’est une force car le réconfort n’est jamais très loin en cas de difficulté. Dans mon cas, j’étais déjà avec ma copine avant de passer aux compas, et tous les membres de l’équipe étaient déjà ensemble aux pionniers. On se connaissait tous très bien, notre couple n’était pas une surprise, et j’avais de très bonnes relations avec les autres filles de l’équipe. Néanmoins, il est évident qu’il faut fixer des règles de vie au sein du couple par rapport à l’équipe ; par exemple, se dire que les temps vécus en équipe ne sont pas des temps de couple. Il faut également faire en sorte de donner la parole en conseils d’équipe aux autres compas en ce qui concerne le couple, vérifier qu’il ne prend pas trop de place dans l’équipe, qu’il participe à la vie de l’équipe et la respecte.

 

De plus, il faut aussi être conscient que le bien de l’équipe et le projet passent avant toute autre chose. Pour moi, c’était important d’avoir abordé en équipe l’hypothèse d’une rupture pour savoir ce qu’on envisagerait alors.

En revanche, il était clair pour moi que même si l’équipe compas est très importante, notre vie de couple l’est aussi. Car l’objectif c’est de partir en couple, et de revenir en couple ! Et si j’ai vécu de supers moments en équipe, c’est vrai aussi que j’aurais parfois aimé être un peu plus avec ma copine. Entre vivre l’équipe et construire son couple, c’est une vraie tension (au sens positif du terme) que j’ai dû apprendre à gérer. Cette expérience de couple dans une équipe m’aura permis de comprendre que le dialogue dans un couple est primordial, et qu’être à l’écoute de l’autre, ça s’apprend...»

Et bien, débattez maintenant !

Garçons-filles, hommes-femmes, mixité, coéducation, femmes députées, sages-hommes… Il nous arrive d’en discuter. Et dans votre équipe ? Qu’est-ce que ça change ? Filles et garçons dans l’équipe, est-ce que cela va de soi ? Avez-vous toujours vécu en unité mixte ou bien homogène ? Si la discussion peut surgir au détour d’une conversation, vous pouvez aussi choisir d’en parler volontairement pour lui donner toute sa place. En équipe, ou avec des jeunes de votre âge pendant votre expériment long à l’étranger, il existe bien des manières d’échanger sur les relations garçons-filles et se demander quel type de relations hommes-femmes nous voulons construire : au sein de votre équipe, au sein de la société. Quelle surprise alors, que d’être confronté(e) à ses propres préjugés, de constater ceux des autres à notre égard…

Des outils pour lancer le débat :

le kit « L’Égalité, ça s’attrape ! » des idées d’animations et de débats sur le site de l’association Starting Block

 

Le jeu "Non mais, genre !" des Presses d'ïle de France. Indispensable pour interpeller jeunes comme adultes.

LEZINFINITIFS

Camper

Au sortir d’une petite gare de campagne, reprendre le rythme de la marche, parfois un peu engourdie sur les plages des vacances. Perdre son regard dans les lumières d’automne qui jouent dans les feuillages et imaginer la clairière où ce soir l’équipe plantera la tente. Savourer d’avance le calme de la forêt et le goût du pain cuit au feu de bois. À l’automne, toute équipe Compagnons part vivre un weekend campé : marcher, monter le camp, pique-niquer, chanter autour du feu, prêter l’oreille aux bruissements nocturnes. Tenter une nuit à la belle étoile sous les dernières chaleurs estivales ou re-goûter au plaisir de se glisser dans un bon duvet ! Pour commencer l’année, les compagnons se mettent au vert. En équipe, c’est dans les bois et autour du feu que muriront les projets les plus ambitieux ; que se tisseront les liens les plus authentiques. Une réserve d’énergie et de motivation indispensable pour l’année à venir !

Amélie Teisserenc

 

 

Choisir l'expériment
La promesse, pour se mettre en route
Posted in Azimut, Boussole.