Faire un choix, quelle histoire !

À l'âge Compagnons, la question de faire des choix se pose inévitablement dans bien des domaines. Choisir ? Une chance, une griserie, un vertige parfois ! Voici quelques points de vigilance et de réflexion.

T’es plutôt du genre lentilles ou lunettes ? Ok, t’as une bonne vue. Alors tu préfères avoir des dents en bois ou une jambe en mousse ? Tu préfères avoir trente canards qui te suivent partout ou deux bras de neuf mètres ? C’est un sketch de Pierre Palmade. Bon, il va peut-être un peu loin. Mais en vrai, comment faire pour choisir entre un week-end scout, une super soirée d’un pote ou un repas tranquille en famille avec son frère qui revient de l’université pour le week-end. Comment faire pour choisir entre la fac, une école ou un apprentissage ?  Comment faire pour choisir entre le mariage, la vie religieuse ou une vie de célibataire ? Entre la boulangerie et la pâtisserie ?

Choisir, c’est renoncer ! Pour faire un choix, il faut donc accepter de ne pas tout vivre. Pour les chrétiens, il faut aussi avoir cette confiance d’être aimé du Christ. À partir de là, pour faire un choix il y a quatre vigilances auxquelles les accompagnateurs compagnons peuvent prêter attention :

L’attention du regard. C’est le regard qui fait la réalité du monde. Le Christ peut être un maître en la matière : un regard qui aime, large et sans jugement, un regard qui pardonne, un regard qui relève… Méditer l’évangile est une manière d’affiner son regard sur le monde. Changer de regard c’est changer la réalité du monde.

La souplesse intérieure pour se laisser dérouter par les découvertes. Comme les nomades, on va de bivouac en bivouac. Et on change un peu à chaque découverte. On ne reviendra jamais au même endroit de la même manière.

C'est un voyage innatendu comme celui de Bilbon Saquet ¹ avec autant d'aventures. Vivre est un voyage.
 
Le temps. Depuis Newton, on sait pourquoi les pommes tombent des arbres. Mais depuis toujours, on sait qu'un fruit tombe quand il est mûr. Il faut souvent du temps pour qu'il arrive à maturité, du temps et de la patience. Pas de panique donc si on a l'impression que les choses n'avancent pas.
 
Le silence. S'il y a du bruit en soi, il est impossible de distinguer l'essentiel de l'accessoire. C'est parce qu'il y a du vide dans la guitare que les cordes résonnent harmonieusement. C'est parce qu'il y aura du vide en soi que le monde, Dieu et les autres pourront résonner en harmonie avec chacun. L'occasion peut se présenter de se poser en équipe pour discuter tranquillement des choix à faire, des élans qui vous animent ou des freins qui vous ralentissent. Les monastères sont des bons endroits pour se poser. L'occasion peut se présenter ou se créer... n'hésitez pas !
 
Frédéric Ozanne
Aumônier national Compagnons
 
¹ Personnage central du roman Le Hobbit de l'écrivain britannique J.R.R Tolkien
OBJECTIF ÉDUCATIF
Poser des choix de vie libres, fondés sur des valeurs personnelles et collectives

couverture-az42

N°42 - Septembre 2015

Guillemet-Azimut

Guillemet-droite-Azimut

Est-ce à moi d'accompagner un compagnon dans ses choix personnels ?

La première mission de l'accompagnateur compagnon (AC) est d'accompagner l'équipe. Les lieux d'écoute gratuite sont plutôt rares dans la vie d'un étudiant ou d'un jeune pro. Alors quand un compagnon sollicite un AC pour discuter tranquillement en tête à tête, c'est important de l'honorer. Accompagner vers des choix personnels est un travail d'"accoucheur": favoriser la mise en mots de ce que le compagnon porte déjà. C'est donc un travail d'écoute active bien plus qu'un travail de conseiller. Il n'y a rien de pire dans l'accompagnement que de dire "à ta place je ferais..." Accompagner individuellement, c'est une posture inférieure. Il importe de veiller à quelques équilibres :

Un accompagnement personnel peut solliciter des compétences particulières : il faut savoir passer la main. Il est aussi possible de se former.

Faire un bout de chemin avec un compagnon peut rendre plus difficile l'accompagnement de l'équipe.

délégué d'équipe, un rôle moteur
Le bivouac, pour prendre la route
Posted in Azimut, Vie de Branche.